Entretien et formation de l'enfant majeur: la pension alimentaire s'arrête à quel moment ?


1. La base juridique se trouve à l'article 203 du code civil.

Retenez que c'est l'article de base qui oblige un parent à payer une pension alimentaire pour ses enfants.


Jusqu'à 18 ans, les parents doivent l'héberger, s'occuper de sa santé, son entretien, sa surveillance, son éducation, sa formation et son épanouissement.


Après 18 ans, il n'y a plus d'autorité parentale et la seule obligation qui reste à charge des parents est de permettre à son enfant majeur de terminer une formation lui permettant d'être économiquement indépendant, soit par le fait qu'il a trouvé un travail ou qu'il va bénéficier d'allocations de chômage ou autres.

2. Quel type de formation peut suivre l'enfant majeure à charge des parents ? A-t-il le droit de se tromper d'orientation ou d'échouer ?


Les tribunaux estiment que la formation poursuivie doit être adéquate.


L'enfant doit donc poursuivre une formation, c'est à dire un cursus qui conduit à un diplôme qui ouvre la voie à une autonomie économique (un travail).


Attention que la formation peut être une formation en cours du soir, même les cours de promotion sociale, ou à horaires décalés, en apprentissage, en CEFA (Centres d'Education et de Formation en Alternance). Il peut s'agir aussi d'école privée, comme des écoles privées d'esthétique, de théâtre, de musique....etc.


Par contre s'inscrire comme élève libre, sans contrainte et sans devoir passer d'examen ne correspond pas à la notion de formation sauf contexte particulier.


Le but est que la formation suivie donne accès à un travail éventuel.


Ensuite elle doit être adéquate.


Adéquate dans le sens que le cursus doit suivre un cours normal avec une évolution favorable, ce qui n’exclut nullement d'échouer. On a le droit d'échouer ou de se tromper d'orientation une fois, cela ne fait l'objet d'aucun doute. Et ça ne sert à rien d'interpeller le tribunal.


On notera que les tribunaux n'estiment pas que la formation est achevée par les études secondaires quand bien même il serait possible de trouver un travail, la jurisprudence donne un droit aux études supérieures et il est vain de soutenir le contraire, sous réserve d'un cursus normal comme on l'explique ci-après;

A partir d'un second échec aux études supérieures ou une seconde réorientation, le tribunal de la famille, à la demande d'un des parents, va examiner concrètement la situation selon les éléments suivants:


- Le comportement de l'enfant-majeur dans ses études.


Il a présenté ses examens ou pas ? Assiduité au cours et la moyenne de ses résultats. Si l'enfant majeur a interrompu son année, s'il n'a pas présenté ses examens, si ses résultats sont très insatisfaisants, ce sont des éléments qui pourront amener le tribunal à estimer que les parents ont assumé à suffisance leur obligation de formation et qu'ils n'ont plus à payer de pension alimentaire.


- Une continuité raisonnable du parcours scolaire.


Le cursus choisi doit s’inscrire dans la continuité des études suivies jusqu'alors. On doit être raisonnablement dans le même parcours scolaire. Ainsi un enfant-majeur qui a terminé ses secondaires dans une école d’hôtellerie ne peut sérieusement imposer à ses parents de lui payer une année d'étude pour être vétérinaire ou ingénieur civil en électromécanique alors qu'il ne dispose pas des bases minimales pour ce type d'étude. Les tribunaux estiment que "l'on ne peut contraindre des parents à payer une formation qui est vouée à l'échec".


On ne peut imposer non plus aux parents de payer un séjour linguistique d'un an aux USA alors même qu'il n'y a aucun projet professionnel préalable.


On comprend bien qu'il doit y avoir un lien raisonnable avec le parcours scolaire antérieur et le choix des études supérieures. C'est le tribunal qui apprécie.


- La personnalité de l'enfant.


Il est parfois expliqué avec raison au tribunal que l'enfant a mal vécu le divorce, qu'il a été délaissé par un des parents, qu'il a eu des soucis de santé, une fragilité psychologique qui explique ses difficultés scolaires et la nécessité de lui laisser une chance complémentaire. Le tribunal est attentif à ce type d'argumentation;


- Les revenus des parents.


Étrangement, le caractère aisé ou pas des parents va avoir une incidence sur le droit à échouer ou à bénéficier, comme on le verra, d'une prolongation des études.


L'idée des tribunaux est que l'enfant-majeur qui dispose de parents qui ont des moyens élevés peut bénéficier de largesse de ses parents, de recommencer ou de se réorienter.


A contrario, l'enfant-majeur qui a des parents avec des revenus modestes devra comprendre que son droit à l'erreur est plus limité au motif que ses parents n'ont pas les moyens de prolonger ses études et qu'il doit les terminer le plus rapidement possible. Cela a une logique.


- Les revenus de l'enfant-majeur.


Si l'enfant majeur a un travail d'étudiant et qu'il bénéficie de revenus personnels, les tribunaux considèrent que ces revenus doivent servir par priorité à financer l'entretien et les études. En tout cas au minimum à concurrence de moitié des revenus.


Il est clair que cet élément est un élément favorable à l'enfant-majeur pour la poursuite de ses études, même en cas d'échec puisqu'il participe courageusement au financement de ses études.


Attention que l'on tient alors compte de ses revenus pour déterminer la part contributives de chaque parent.

Il est clair que le tribunal apprécie sur base de ces éléments de manière concrète si la formation est adéquate et si l'obligation de formation et d'entretien des parents est terminée ou pas. Il est évident que la détermination du moment où prend fin le paiement de la pension alimentaire d'un enfant majeur est source d'une réelle insécurité juridique et nécessite un dossier le plus pertinent possible.


A l'analyse des décisions des tribunaux, il apparaît que l'âge charnière ou le tribunal s'interroge sur l'aboutissement de la formation est l'âge de 23 ans, soit 5 ans après les études secondaires en théorie. Si à 23 ans, l'enfant-majeur n'a toujours pas de formation bien entamée et quasi-réussie, le tribunal estime qu'il n'appartient plus aux parents de poursuivre le paiement de la formation.


Attention que le tribunal n'interdit pas à l'enfant majeur de poursuivre les études qu'il veut. Ce que dit le tribunal c'est simplement que le parent n'y est plus légalement obligé. C'est le financement qui s'arrête.

3. Le parcours scolaire de l'enfant qui réussit s'arrête à quel âge ? Un master complémentaire doit-il être financé par les parents ? Une année à l'étranger ? Une période de stage après le diplôme ?


Vous avez la chance que votre enfant réussit ses études sans échouer. Mais il ne sait plus trop s'arrêter et souhaite prolonger ses études. Cela commence à coûter cher...


Le point important c'est que si votre enfant vous en a informé et que vous avez accepté ou continué à payer, il est évident que vous ne pourrez pas changer d'avis et couper le financement de la formation de manière brutale avant son terme.


Ce n'est que dans l'hypothèse ou vous n'en avez pas été informé ou que vous n'étiez pas d'accord que vous pouvez saisir le tribunal de la famille pour demander la suppression de la pension alimentaire au motif que vous estimez que la formation s'est achevée et que cette formation est à même de permettre à votre enfant-majeur de trouver un travail.


La jurisprudence considère majoritairement fort heureusement que l'achèvement d'un cycle donnant lieu à un diplôme constitue l'achèvement de la formation pour laquelle les parents doivent payer. On considère que le master complémentaire peut-être réalisé en horaire décalé en même temps qu'un travail et ne doit pas être financé par les parents.


Mais si les parents ont les moyens....


Par contre, lorsque les parents sont d'un niveau social élevé, eux-mêmes avec des diplômes et surtout des moyens financiers qui permettent de prendre en charge la prolongation des études, (master complémentaire ou un séjour à l'étranger), les tribunaux condamnent les parents à poursuivre leur intervention.


On parle d'années complémentaires en Erasmus, un diplôme complémentaire comme une infirmière diplômée qui prolonge pour un master en gestion hospitalière etc..., voire même une totale réorientation tel qu'un instituteur primaire qui entame un master en mathématique.


Dans ces cas, les tribunaux retiennent que l'enfant majeur a toujours bien réussi, et que les parents disposent des moyens financiers suffisants. Le caractère adéquat de la formation se justifie essentiellement comme se situant dans le prolongement du niveau social élevé des parents.


Et si la formation ou le travail convoité nécessite un stage d’accès à la profession ?


Si le stage est une condition de l'obtention du diplôme, cela ne fait pas l'objet de discussion, cela fait partie de la formation.


Si la profession choisie nécessite un stage comme avocat, agent immobilier, huissier, médecin etc... Les tribunaux considèrent (à tort selon nous) que les pensions alimentaires doivent être payées mais cela reste théorique puisqu'il faudra déduire les revenus que procurent le stage ou l'activité professionnelle, ce qui a le plus souvent pour conséquence que la pension alimentaire n'est plus due puisque l'on impute par priorité les sommes que le stagiaire reçoit sur son entretien et sa formation.

4. Avez-vous un droit d'information sur le suivi des études ? Qui supporte la charge de la preuve ?


Il est clair qu'en votre qualité de parent d'un enfant-majeur, l’établissement scolaire ne vous donnera aucune information. Aucune information sur ses résultats, les examens passés, sa fréquentation des cours...etc. C'est confidentiel.


La partie qui demande des aliments (C'est-à-dire une pension alimentaire) supporte la charge de la preuve conformément à l'article 1315 du code civil. L'enfant-majeur qui lui même ou par le parent qui assume son entretien et son hébergement doit, en sa qualité de créancier, démontrer qu'il est dans les conditions pour bénéficier de la pension alimentaire qui n'est due que durant la formation.


Le parent débiteur d'une pension alimentaire a le droit d'être informé sur le suivi des études ainsi que les résultats obtenus à tout le moins deux fois par an. Tout particulièrement en septembre afin de connaitre si l'enfant-majeur poursuit toujours une formation.


Si l'enfant-majeur refuse ou ne donne pas suite à la demande d'information, il y a lieu de saisir le tribunal de la famille pour qu'il soit constaté que l'obligation alimentaire a pris fin au vu de l'absence d'élément démontrant la poursuite d'une formation et des arriérés de pensions alimentaires peuvent au besoin être réclamés.

5. Peut-on être remboursé des sommes payées ? Aussi des intérêts sur ces sommes ?


On peut parfaitement être remboursé des pensions alimentaires payées alors même que l'enfant majeur ne suivait plus de formation. Il n'est en effet pas rare que le créancier d'aliment ne donne aucune information sur la poursuite de ses études aux fins de bénéficier le plus longtemps de possible de l'avantage alimentaire.


Le tribunal de la famille, suivant les éléments en sa possession, détermine la date à laquelle l'obligation a pris fin et ordonne le remboursement des pensions alimentaires payées indûment.


Lorsque le tribunal constate que le créancier d'aliment (l'autre parent ou l'enfant-majeur) a caché la situation réelle, notamment que l'enfant majeur travaillait, il octroie le remboursement et les intérêts légaux sur ces sommes.

6. Quelle est l'incidence de revenus de l'enfant-majeur, au titre de travail d'étudiant, au titre d'apprentissage, de formation professionnelle ou de stage rémunéré ? La pension alimentaire est réduite ou stoppée.


Les tribunaux estiment que les sommes gagnées par l'enfant-majeur doivent s'imputer prioritairement sur leur entretien et la formation. Par conséquent, cela diminue le budget à financer par les parents.


Attention que certaines décisions de justice limitent la participation de l'enfant majeur dans ses frais d'entretien et de formation qu'à concurrence de la moitié de ses revenus. L'autre moitié pouvant être attribuée à son argent de poche ou aux loisirs.


Les sommes diminuent le budget à financer et ce faisant, réduit la pension alimentaire des parents ou l&#x